IHSAHN : L’ETINCELLE PROMETHEENE

Partagez !

Note de la rédaction :
5/5

IHSAHN

IHSAHN

TOUTE PERSONNE AYANT DES AMBITIONS ARTISTIQUES ESSAIE TOUJOURS DE SE RECONNECTER AVEC LA FACON DONT ELLE VOYAIT LES CHOSES ETANT ENFANT. TIM BURTON.

DEUX FOIS NÉ

Est-il nécessaire de présenter l’EMPEROR norvégien, au nom d’artiste IHSAHN, de son vrai nom VEGARD TVEITAN ? L’homme qui fut très jeune le créateur (avec SAMOTH/GUITARE) et chef d’orchestre d’une entité aujourd’hui devenue légendaire, se nommant EMPEROR.

Quatre œuvres extraordinaires (LP), au génie artistique surréaliste, menant le souffle glacial et morbide des mythes scandinaves, dans les entrailles de compositions au style unique, redéfinissant sa base extrême (Black Metal), par l’ajout d’éléments symphoniques.

De plus, EMPEROR eut le privilège d’accueillir en son sein de fantastiques instrumentistes, dont le dernier acte fut de jouer sur les structures improbables du monumental PROMETHEUS (entièrement composé par IHSAHN et sorti en 2001).

LE MAITRE
LE MAITRE

Alors le firmament prit fin (2001) et IHSAHN parti en quête dès 2005 (après PECCATUM), d’une carrière solo (Le chef-d’œuvre d’émotion qu’est THE ADVERSARY). Deuxième naissance, aujourd’hui prolifique d’une huitième œuvre que le fabuleux norvégien considère comme celle la plus complexe et éprouvante qu’il ait jamais entrepris, dans sa déjà longue et merveilleuse carrière.

Trois années fut nécessaires à l’élaboration de cette œuvre d’art, huitième album, baptisé de son nom d’artiste (IHSAHN). A l’initiative de simples esquisses pianistiques, IHSAHN prit des proportions pharamineuses, confrontant, l’homme à ses propres limites artistiques.

Ainsi prit vie IHSAHN, œuvre de black metal orchestrale, en deux volets, où les parties orchestrales furent conçues de façon à pouvoir s’animer seules, avec autorité et maestria, en racontant leur propre histoire dans la grande histoire. Un second disque à la vision éthérée, extrêmement raffiné, beau et passionnant, pourtant dénué des joutes métalliques de son faux jumeau.

Clip vidéo de la chanson « Twice Born » en version orchestrale :

Et même si il ne s’agit pas d’une réinterprétation d’IHSAHN, mais plutôt de l’extirpation de son ensemble symphonique, l’œuvre prend pourtant une toute autre dimension. De celle dont l’aura est terriblement fascinante, émouvante, attachante, pointant du doigt, l’habileté créatrice génialissime de son géniteur et du travail artistique dithyrambique accompli.

Ce chapitre d’HISAHN, où seul respire et résonne l’orchestral, n’est pas une nouvelle œuvre, pourtant elle existe et vibre comme telle ! Offrant peut-être la meilleure perception du ressenti délivré par les deux mondes, ce frisson jouissif qui plonge le regard de l’âme dans les plus beaux contes qui bercèrent notre chère et tendre insouciance d’enfant, ou les peurs bleues pour l’adulte, cousu du fil blanc, des chef-d’œuvres du septième art. Très rarement un artiste a pu et su accomplir cette prouesse, avec ce cadre établi, si ce n’est jamais !

Clip vidéo de la chanson « Pilgrimage To Oblivion » en version orchestrale :

La dramaturgie Story Band  (bande son film) classique portée déjà l’artiste aux balbutiements D’EMPEROR. IHSAHN étant un cinéphile averti, envoûté par les grands réalisateurs du genre fantastique, horrifique, et des réalisations musicales s’y juxtaposant pour y faire vivre peurs suffocantes et suspens haletants.

Une œuvre éponyme qu’IHASHN a donc voulu sans limites « techniques », artistiques, ni de goûts et donc où son appétence pour l’irréel, l’imagée cinématographique et sa tension dramatique est forcément omniprésente.

LE GENIIE ARTISTIQUE D’IHASHN
LE GENIIE ARTISTIQUE D’IHASHN

Extraordinairement prégnante et tenace, elle ne cesse de serrer le sang, et l’emporte frénétiquement et ce à chaque pas posé sur son incroyable chemin (l’émotion grandiloquente de « A Taste Of The Ambrosia »).

Clip vidéo de la chanson « The Distance Between Us :

Un black metal ainsi couché sur des atmosphères lugubres faisant corps avec le mysticisme d’une nature norvégienne, et de l’étrangeté qui régit les rapports humains au fragile équilibre, sous l’œil perpétuelle du déséquilibre.

Clip vidéo de la chanson « Pilgrimage To Oblivion » :

L’assaut de la colonie classique et de la tempête de ses instruments rappellent  le monde effrayant et imaginaire d’un TIM BURTON, même si certaines lumières jaillissent de la pénombre, (« The Promethean »), pour ne pas laisser l’espoir sans illusions.

En somme, IHSAHN pourrait faire l’objet d’une animation cinématographique qui susciterait autant de passions, d’angoisses et d’envies que sa narration musicale extraordinaire.

Abondances d’émotions, menées tambour battant par un spectre sonore pharamineux, fourmillant de toute part, à la solennité prononcée jusqu’à son dernier souffle de fin, mais selon son dictat. Pas de démonstrations inutiles, mais une foule de subtilités, insufflant une allure symphonique aussi aux titres les plus tempérés, par des dialogues et échanges athlétiques entre orchestre et guitare.

Le génial IHSAHN
Le génial IHSAHN

Et comme son concept l’exige, IHSAHN est très narratif, exaltant son unicité entre surprises, rebonds et accalmies. Ainsi, proche des récits extatiques du grand EMPEROR, mais plus mesuré, en y privilégiant d’avantage le sens de la concision. Dès lors, chaque partie tient la place pour laquelle elle fut convoquée, sans esbroufes, ni superflues.

Ainsi, la structure de l’œuvre mérite une attention toute particulière, mettant en exèrgue la dualité des deux facettes que forment l’ADN IHSAHN. Une Idylle à l’équilibre stable et parfait, portant en son sein le fragment de son opposé, pour en extraire la quintessence même de l’artiste, et de son amour pour son art.

La voix d’Ihsahn est très facilement identifiable dans la sphère Black Metal, reconnue pour son impressionnante clarté, elle ne connaît pas d’écueil ici-bas, que ce soit dans sa diction ou sa justesse. Elle semble en effet ne faire qu’un avec la grandiloquence de son œuvre.

Sa monture plus douce et claire est ici plus discrète que ses interventions tranchent d’autant plus quand elles se manifestent. Comme sur  « Blood Trails To Love », morceau plus accessible, avec son refrain phare, certainement le plus accrocheur du disque. Évidemment, nul chant sur le versant orchestral, du fait de sa nature même, celui-ci se trouve entrecoupé de quasi-silences religieux, comme si on lui avait enlever sa moitié , ce qui est le cas…

Clip vidéo de la chanson « Twice Born » :

Peu importe ce que l’artiste IHSAHN a voulu revendiquer avec cette nouvelle œuvre, toute particulière, atteignant des sommets. Seul, l’artiste pourrait y répondre, si une réponse doit être apportée. Ce qui résulte de son écoute attentive et prolongée, est une renaissance (“Twice Born”) de la vision artistique qui l’avait traversé jadis avec l’entité EMPEROR. Et qui aujourd’hui avec l’expérience acquise, et les techniques et outils de son temps, peut prendre sa pleine mesure. En somme, un génie, pleinement achevé désormais !

EMPEROR ETERNELLEMENT

LINE-UP :

Sur cet album, Ihsahn est accompagné de TOBIAS ØRNES ANDERSEN et TOBIAS SOLBAKK à la batterie et aux percussions. Son fils, ANGELL SOLBERG TVEITAN, ajoute des percussions alors que les violons sont signés CHRIS BAUM.

IHSAHN BAND
IHSAHN BAND

TRACKLIST :

01. Cervus Venator
02. The Promethean Spark
03. Pilgrimage To Oblivion
04. Twice Born
05. A Taste Of The Ambrosia
06. Anima Extraneae
07. Blood Trails To Love
08. Hubris And Blue Devils
09. The Distance Between Us
10. At The Heart Of All Things Broken
11. Sonata Profana

DISCOGRAPHIE :

The Adversary – (2006)

THE ADVERSARY
THE ADVERSARY

Angl – (2008)

ANGLE
ANGLE

After – (2010)

AFTER
AFTER

Eremita – (2012)

EREMITA
EREMITA

Das  Seellenbrechen – (2013)

DAS SEELENBRECHEN
DAS SEELENBRECHEN

Arktis – (2016)

ARKTIS
ARKTIS

Àmr – (2018)

ÁMR
ÁMR

Telemark EP – (2020)

TELEMARK
TELEMARK

Pharos EP – (2020)

PHAROS
PHAROS

Fascination Street sessions EP – (2023)

FASCINATION STREET SESSIONS
FASCINATION STREET SESSIONS

IHSAHN – (2024)

Graphisme de cette nouvelle œuvre solo d‘IHSAHN
Graphisme de cette nouvelle œuvre solo d‘IHSAHN

ARTWORK :

L’illustration de l’album est signée RITXI OSTARIZ et toutes les photographies promotionnelles ont été réalisées par ANDY FORD.

Graphisme de cette nouvelle œuvre solo d‘IHSAHN
Graphisme de cette nouvelle œuvre solo d‘IHSAHN

LIEN FACEBOOK DE RITXI OSTARIZ :

https://www.facebook.com/estudioritxiostariz

L’artiste graphiste
L’artiste graphiste

SORTIE/LABEL :

Le musicien de metal extrême progressif IHSAHN (EMPEROR) sortira son nouvel album, intitulé IHSAHN, le 16 février 2024 via CANDLELIGHT RECORDS / SPINEFARM / PIAS.

Le Vinyle
Le Vinyle
Le digipack
Le digipack

LIEN FACEBOOK D‘IHSAHN :

https://www.facebook.com/ihsahnmusic

INTERVIEW VIDEO D’IHSAHN POUR CETTE NOUVELLE OEUVRE EPONYME :

CHRONIQUE DE LA TOUTE DERNIERE OEUVRE DE LEPROUS APHELION :

https://www.loudtv.net/chronique-du-nouvel-album-de-leprous-la-silhouette-daphelie/

PAPABORDG POUR LOUD TV.

Partager cet article

Add a Comment

You must be logged in to post a comment