Parallel Minds vous fait décoller avec ECHOES FROM AFAR

Partagez !

Note de la rédaction :
4.5/5

 

Parallel Minds Echoes

Un écho qui résonne

Voici un groupe que je suis déjà depuis quelques temps et qui ne m’avait pas laissé indifférent. Parallel Minds revient 3 ans après Every Hour Wounds… The Last One Kills. Déja je m’attarde sur cette pochette très mystique et aérienne. Une chose est certaine, je vais voyager, car connaissant la puissance et la créativité de ces gars, je vais en avoir pour mes oreilles. Alors, Echoes From Afar ? Le seul Afar que je connaisse se situe en Ethiopie. Y a t-il un lien ? On va le découvrir, et je suis impatient de lancer la première piste.

Feel The Force démarre sur quelques notes douces et apaisantes, un peu à la manière d’un film épique. La symphonie monte doucement avant de se sentir plus grave, je sens que ça ne va vraiment pas déconner !!! Envoyez moi du Heavy !!! Et je suis servi à grands coups de riffs bien accrocheurs et une guitare lead très chevaleresque. Au chant Stéphane Fradet envoie les notes haut perchées sans se faire prier. On tient la du haut niveau, avec un refrain qui reste bien en tête comme pourrait le proposer un groupe tel que Iced Earth.

On lâche les chevaux

Passée la cavalcade épique de ce premier titre, on ne va pas être en reste avec la suite. Car No Fate avec son intro assez futuriste va flirter avec des sonorités plus Thrash. Toujours en subtilité bien sur, car nous ne sommes pas sur un registre à la Slayer. Il y a dans la manière de balancer les riffs quelque chose de Annihilator, sans jamais en être une copie. C’est d’ailleurs ce qui m’avait beaucoup plus dans leur précédent album. Le chant est de suite plus hargneux et soulignons le également, la prod est impeccable. Et dans cet univers toujours assez futuriste, on continue la balade avec Angel’s Battle. On sent que le groupe n’a pas de limite d’influence tant on oscille entre Heavy, Thrash et Prog…. Et pourtant je n’aime pas brandir le mot Prog à tout va tant ce terme est galvaudé la plupart du temps. Mais Parallel Minds nous raconte vraiment des histoires à chaque titre en faisant évoluer les émotions. Une chose est certaine, une envie de partir au combat avec eux m’envahit. Avec un gars comme Stéphane en porte étendard vocal, un côté héroïque se fait évident.

Parallel Echoes

Après la luminescence l’incandescence

Avec Stay on se rapproche plus vers des émotions intérieures. Avec cette guitare acoustique et son orchestration douce, on sent cette chaleur au milieu d’un univers froid et aérien. C’est assez surprenant et Stéphane nous montre une fois de plus l’étendue de son talent avec une voix tantôt réconfortante, tantôt puissante. Une forme de détresse se fait évidente et chaque note est parfaitement maitrisée, sans jamais déborder. Et tout ça nous amène vers Monkey On My Back. Quand je vous dis qu’on voyage, croyez moi c’est le cas. Avec cette intro accompagnée d’accordéon, on part vite vers un univers assez mélancolique. Le titre est vraiment d’une justesse incroyable jouant justement avec cette mélancolie avant de nous envoyer une tartine musclée dans la face. Derrière les futs, on sent que Eric s’éclate à envoyer les missiles.

Riche en émotions

Avec la quasi intégralité acoustique de The Hiding Place on se sent comme enveloppé d’une chaleur réconfortante. Bien sur tout ceci avant d’envoyer une fois de plus un coup d’accélérateur sur les derniers instants du morceau et de partir sur The Last Resort. Encore une fois, Grégory nous montre l’étendue de son niveau guitaristique. Le titre est totalement ascensionnel dans son expression. Alors on s’imagine que Mythic River va partir à 200 à l’heure, mais c’est dans un univers plus apaisé que l’on se retrouve. Alors c’est assez amusant, mais les premières notes chantées par Stéphane me font penser à la manière dont pouvait emmener Meat Loaf les phrasés. A cela on ajoute bien sur le côté très orchestral du titre avec les changements d’ambiance. Je vais me répéter, mais l’écriture est d’une justesse incroyable.

Parallel Minds Band

Héroïque jusqu’au bout

La gravité de l’univers que nous propose Parallel Minds ne s’estompe pas. Avec Provider Of Sins, on sent que chaque note se fait lourde avant de partir dans une ôde de 12 minutes sur The Greater Gift. Les deux voix masculines et féminines se mêlent à merveille sur fond de piano. Il y a quelque chose de libérateur au moment où les notes électriques envoient la sauce. Et l’on se baladera entre ces envolées agressives, des notes plus acoustiques, et surtout ce duo vocal envoûtant. On peut parler d’un côté Blind Guardian dans la manière de raconter une histoire.

Un très grand album

Parallel Minds signe un album d’un très grand cru avec Echoes From Afar. Si vous aimez le Heavy, le Thrash et le Prog, vous avez ici un savant mélange de tout ceci. Mais ce serait trop simple de résumer cet album à ces appellations. L’écriture est fabuleuse et sans sourciller, on se plonge dans un album qui appelle à notre imaginaire. Nos français font dans le Heroic moderne, et c’est une réussite absolue.

 

Sortie le 18 Mars 2022

https://www.facebook.com/parallelmindsofficial

https://parallelmindsofficial.com/

 

Et si vous avez raté l’actu de Blind Guardian :

https://www.loudtv.net/clip/blind-guardian-superbe-nouveau-single-et-sa-video/

Partager cet article

Comments are closed.