SUP : L’EXPERIENCE SUP

Partagez !

Note de la rédaction :
5/5
SUP BAND
SUP BAND
LA PRISON, CETTE FLEUR NOIRE DE LA SOCIETE CIVILISÉE. NATHANIEL HAWTHORNE.

ARMAGEDDON

Avant la date fatidique de l’Armageddon, le mal rôde et gronde toujours toujours plus, cherchant à ronger et pousser le terrien mal équilibré à agir en phase avec ses péchés les plus méprisables, de ceux qui conduisent à la privation de toute forme de liberté. Ainsi, la population carcérale croît, déborde, dégouline de haine et de rage à travers les barreaux du désespoir. Un univers au bord de l’implosion et dont les verrous ne vont pas tarder à lâcher les fauves à la soif vengeresse.

OCTA

L’urgence est donc de taille, vitale pour l’humanité gangrenée de toute part par la pourriture du monde Malin. Ainsi, les plus grands cerveaux humains, scientifiques de renom, sont mobilisés à la hâte par les puissants et avides rois terriens, afin d’inoculer un remède très actif aux esprits les plus possédés, sujets aux dérives les plus folles. Dès lors, l’organisation SUP sort des entrailles d‘une terre maudite et crée un nouveau processus de détention, rejeton du nom d’OCTA.

 

L’organisation SUP
L’organisation SUP

Hauts murs jaunâtres cérébraux où sont enfermés les hautes sphères encore dans une pleine incertitude sur les bienfaits et conséquences spirituelles, psychologiques et physiques du projet OCTA. Cependant Ils leur faut trouver celui qui ouvrira son cortex pour la toute première fois à la quintessence des sons et mots d’OCTA, et ce, avec l’obéissance la plus aveugle.

Par conséquent, les régnants choisirent l’élu de ce récit, lui qui déjà observé, semble ne pas quitter le manteau désabusé de l’injustice de vie, violente et au dénouement toujours fatale. Alors, tel Christ sur la croix, l’homme offre âme et corps à OCTA et connecte tous ses sens à ses huit histoires toutes rédemptrices.

BLANCHEUR ABSOLUE

Maintenant branché, en communion avec la singularité d’OCTA, rêves et cauchemars de chacun fusionnent, reliés ainsi en permanence, les deux créatures se transmettent leurs angoisses et leurs peurs les plus enfouies. OCTA commence à tonner, puis s’approche et s’active par une blancheur absolue sans la moindre impureté, qui transperce ses yeux.

FANTASME OCTA
FANTASME OCTA

FANTASME

Alors la porte éclatante d’OCTA s’ouvre et lévite au-dessus de sa tête, puis l’aspire avec une énergie folle dans un groove clair-obscur au son rond et chaud qui fait battre une clarté ennemie dans sa poitrine, et lui explose les sens. Ceux-ci secoués par le growl profond et limpide au creux duquel se dandine malicieusement la section basse/batterie. Un mid-Tempo entraînant sa peur hargneuse sur des loufoqueries vocales lumineuses (PRIMUS), où dans un paroxysme de fin, le refrain attrape de son index la création. Clarté mon ennemi, rêves ou cauchemars tel est le fantasme pseudopodique (« Pseudopodic Phantasm »).

OCTA l’efface et le réinitialise, comme une particule au milieu du cosmos, il plane. En apesanteur dans un bleu infini, son invisible au centre de l’infini vie au rythme d’un écho New-Have envoûtant, qui le fait filer comme une balle vers l’horizon où le soleil l’appelle. Dès lors OCTA accélère les décibels et réinvite ses voix brunes et ses riffs giclants, tournoyant autour de son tubesque son, tout en le précipitant dans les flammes ardentes du soleil.

ICARE

Mais contrairement à Icare, il ne s’y brûle point les yeux, ni consume sa chair. Mais il y trouve sa ruche, refuge où l’infiniment petit entame alors une danse avec la matière, sœur infiniment grande, osmose au cœur de l’univers dans un tourbillon sonore sans fin… Magnificence impossible, je ne suis pas Icare. (« Not Icarus »).

D’un amour de valse à deux temps où le silence ne faiblit jamais, OCTA l’arrache aux éléments célestes et le plonge dans le tumulte du bleu de l’océan où resurgit la vigueur des déferlantes Death Metal SUP (« Atramentous Sea ») . L’étreinte l’envahît, sans que sa masse ne l’écrase et ne l’empêche de respirer profondément, ceci par la grâce de guitares enjouées s’accordant à jouer avec les bulles d’oxygène libérées par les vocalises lumineuses déchirant le voile de l’incertitude.

Désormais, il n’a plus peur, ni froid, dans cette obscurité infinie, qui l’invite à se libérer de ses pires angoisses. La mer atramenteuse, ne lui a point menti, sa pression exercée sur sa peau n’est pas définitive, elle le beigne de toute sa surface, pourtant il peut toujours respirer profondément et en profiter pour se dépasser. Sensation d’oppression, qu’il ne veut plus jamais vivre, plus jamais…

LE SPECTRE s’y est glissé
LE SPECTRE s’y est glissé

FANTOME

Des infinis cieux, à l’étendu grandiose de l’océan, les songes se libèrent de toutes leurs frasques, le délivrant des eaux finalement bienveillantes, pour le faire errer  aux pieds des lieux partagés par nos défunts. Le temps ne devient que du sable perdu à la magnificence du vent. Alors ses pieds se posent sur une surface chaude et lisse qui déclenche les lumières de l’Eden (« The Lights Of Eden »).

Immédiatement, OCTA alterne les murmures envoûtants de quelques accords de guitare, aux explosions passagères d’ombres vigoureuses (RAMMSTEIN). Ainsi d’une coexistence duelliste, la lumière prend le pas sur son comparse ténébreux pour faire naître une exceptionnelle source de mélodie. Intarissable, et dont les traits esthétiques se partagent de nouveau entre noir et blanc, parvenant à toucher le toit d’une progression mélancolique insaisissable. Comme l’esprit fantomatique qu’il est devenu, où âme, coeur, et spiritualité sont profanés par un véritable paradis sonore. Ces entités lui font penser au paradis et il a peur d’en oublier leurs mélodies, il a peur d’en oublier la mélodie…

OUVRE TES YEUX

Alors de grands yeux bleus s’ouvrent (« Open Eye ») sur un fond totalement blanc, avec de merveilleux flashs vocales claires sur un surprenant électrocardiogramme qui lui sonne pourtant plat. Malgré tout, dans des hurlements hystériques, il tend ses membres, et les étirent longuement vers d’autres connections dingues, où l’attend déjà le swing chaloupé de la reine de la quintessence (« Queen Quintessence ») et la violence orgastique de « Hebdomath ».

Néanmoins, la fantastique singularité du projet SUP, OCTA, lui parle de plus en plus fort au creux de ses oreilles, et insiste pour le stopper dans son récit, afin de l’interdir d’en dévoiler d’avantage.

Les sournois et ambitieux artistes, dirigistes de la planète, ont toutefois créer ce qui semble être la solution définitive pour vivre autre chose de profondément salvateur. Un chef-d’œuvre humain qui ne doit cependant en aucun cas être mis dans de mauvaises mains, ou dans les bras de novices inexpérimentés, aguicheurs d’œuvres trop faciles, car ceux-ci, ne le méritent point…

L’ENTITE SUP
L’ENTITE SUP
LES PENSEES METAMORPHOSENT LE CERVEAU LUI-MEME. STANISLAW JERZY LEC.

LINE-UP :

Ludovic Loez – chant, guitare (depuis 1990)

Fabrice Loez – chœurs, guitare (depuis 1990)

Thierry Berger – batterie (depuis 1990)

Frédéric Fievez – chœurs, basse (depuis 1999)

LES MYTHES SUP
LES MYTHES SUP

TRACKLIST :

01. Pseudopodic Phantasm
02. Not Icarus
03. Atramentous Sea
04. The Lights Of Eden
05. Queen Quintessence
06. Open Eye
07. Hebdomath
08. Torment

CONCEPT :

« Dans un futur proche, l’univers carcéral a évolué. Désormais, les cerveaux des détenus sont connectés les uns aux autres au nombre de huit maximum. Leurs rêves et leurs cauchemars sont ainsi reliés en permanence se transmettant leurs angoisses et leurs peurs les plus enfouies. Ce nouveau centre de détention est appelé OCTA ».

SUPérieurement bon
SUPérieurement bon

DISCOGRAPHIE :

The Cube (sous Supuration) (1993)

Anomaly (sous SuP) (1995)

Room Seven (sous SuP) (1997)

The Cube (réédition remastérisée de l’album de Supuration ; sous SuP) (1997)

Chronophobia (sous SuP) (1999)

Anomaly 2000 (sous SuP) (2000)

To Live Alone (sous SuP) (2001)

Angelus (sous SuP) (2002)

Incubation (sous Supuration) (2003)

Imago (sous SuP) (2005)

Hegemony (sous SuP) (2008)

CU3E (sous Supuration) (2013)

Rêveries (sous Supuration) (2015)

Dissymmetry (sous SuP) (2019)

OCTA (SOUS SUP) (2023)

SUP
SUP

PRODUCTION :

L’album a été mixé et masterisé par GREGOIRE SAINT-MAXIN au NORTHERN DELIGHTS STUDIO. Un véritable voyage artistique mais aussi sonore !

ARTWORK :

L’artwork est réalisé par MATTHIEU CARTON.

Graphisme très cérébral du nouvel album OCTA
Graphisme très cérébral du nouvel album OCTA

CONCERT :

Par ailleurs le mythique band français sera en première partie de VOIVOD au Black Lab de Wasquehal à l’occasion des 40 ans de carrière du groupe.

AFFICHE DU FAMEUX CONCERT A VENIR AVEC VOIVOD
AFFICHE DU FAMEUX CONCERT A VENIR AVEC VOIVOD

SORTIE/LABEL :

Le groupe de death metal/metal avant-gardiste français SUP sortira son nouvel album, intitulé OCTA, le 26 mai 2023.

SUP ET SA NOUVELLE OEUVRE OCTA
SUP ET SA NOUVELLE OEUVRE OCTA

LIEN FACEBOOK DU GROUPE :

https://m.facebook.com/sup.supuration/

NOTRE INTERVIEW POUR LA SORTIE IMMINENTE DU MONUMENTAL OCTA :

CHRONIQUE DE LA NOUVELLE OEUVRE TITANESQUE DE NEO INFERNO 262 :

https://www.loudtv.net/clips/neo-inferno-262-lopera-moderne-dun-cortex-de-genie/

CHRONIQUE DU PREMIER LP INOX DU BAND NOVEMBRE :

https://www.loudtv.net/chroniques/novembre-les-fantomes-de-la-maison-novembre/

CHRONIQUE DU NOUVEL ALBUM DE RAMMSTEIN ZEIT :

https://www.loudtv.net/chroniques/rammstein-auf-wiedersehen/

CHRONIQUE DU DERNIER DISQUE DE PARADISE LOST OBSIDIAN :

https://www.loudtv.net/wp-admin/edit-comments.php

CHRONIQUE DE LA DERNIERE OEUVRE DE VOIVOD :

https://www.loudtv.net/wp-admin/edit-comments.php

Le mythique band français
Le mythique band français

PAPABORDG POUR LOUD TV.

Partager cet article

Comments are closed.